Catégories

Choisissez un sujet

Retour au bureau : qu’attendent (vraiment) les collaborateurs de la part de leur employeur ?

Ring Central Blog

Partager

URL copiée
4 minutes de lecture

Depuis deux ans maintenant, la crise sanitaire a grandement bouleversé le quotidien des Français, et tout particulièrement le modèle traditionnel du travail, avec des effets non négligeables sur le moral et la motivation des collaborateurs. Le retour récent au bureau n’est pour autant pas un retour à “l’ancien monde” : il révèle au contraire à quel point les habitudes et les attentes des salariés ont évolué, ainsi que leur volonté de ne pas revenir aux anciennes méthodes de travail. Dans ce contexte, pas le choix pour les entreprises : la flexibilité reste le maître mot pour garantir le bien-être et la rétention de leurs équipes, tout en maintenant la performance.

Une plus grande attente de flexibilité au travail

Nouveaux comportements, nouvelles zones de conflit, envie de reconversion : le rapport au travail des Français a bien changé avec la pandémie. A tel point que l’étude RingCentral réalisée en partenariat avec Ipsos (1) révèle un élément troublant : un Français sur trois préfère désormais supporter ses beaux-parents tout un week-end que de se rendre au travail !

Car avec la crise, les cartes ont été rebattues, et pour la moitié des Français (54 %), la norme réside désormais dans le télétravail. Ils sont réticents à revenir totalement au bureau, et ce pour de nombreuses raisons : pour assurer un meilleur équilibre entre leurs vies personnelle et professionnelle, bien sûr, mais aussi pour passer moins de temps dans les transports. Le travail à distance permet aussi de garantir un meilleur équilibre pour leurs familles : l’isolement de leurs propres parents a grandement été mis en évidence par la pandémie, et leur disponibilité pour leurs propres enfants pendant cette période a fait évoluer certaines mentalités.

Entre présentiel et distanciel, le débat dépasse la simple stratégie logistique de retour au travail : c’est tout le rapport au travail en lui-même qu’il convient d’adresser. Les entreprises doivent donc en tirer les enseignements qui s’imposent. Il leur faut commencer par interroger les salariés sur leurs attentes, afin de mettre en place des chartes de télétravail adaptées. En collaboration avec les employés et le CSE, un cadre gagnant-gagnant vertueux et pérenne peut être fixé. D’un autre côté, si les sociétés veulent encourager le retour dans leurs locaux, le réaménagement des bureaux dans une logique de collaboration et de flexibilité est un argument supplémentaire.

Homme travaillant sur un ordinateur sur son lit avec son chien

De nouvelles aspirations professionnelles

L’étude révèle que pour 69 % des employés, les conditions de travail représentent le critère principal pour rester dans leur emploi actuel (suivent le salaire et l’entente avec leurs collègues). Et chez les jeunes actifs, un tournant majeur est à l’œuvre. Si un Français sur trois révèle avoir changé ses plans de carrière depuis le début de la pandémie, ce chiffre est encore plus élevé chez les 21-34 ans, qui sont 41 % à avoir envisagé un changement de vie professionnelle après avoir dû réaménager leur domicile pour pouvoir travailler correctement. Pour autant, ils sont 26% à indiquer qu’ils accordent davantage d’importance à leur carrière qu’avant la pandémie.

Les talents sont donc plus mobiles, leur rapport au travail évolue, et les entreprises doivent suivre : il leur est nécessaire soit d’opter pour le télétravail, soit de proposer un mode de travail hybride, en tenant compte de cette attente clairement revendiquée en matière de flexibilité. Le risque, si elles ne mettent pas en place une organisation adaptée et des outils efficaces pour la soutenir, est de perdre leurs meilleurs talents. Ces derniers sont en effet 22 % à affirmer qu’ils chercheront un nouvel emploi si leur entreprise leur demande de venir davantage au bureau.

La proposition de flexibilité et de travail hybride, ainsi que l’amélioration des conditions de travail pour assurer la rétention des employés sont donc primordiales. Et une véritable communication sur les politiques de télétravail doit également être mise en place dès la phase de recrutement pour attirer les jeunes talents aux attentes très affirmées.

Deux nécessités : le bien-être et le lien social entre employés

La réorganisation du mode de travail est, on l’a vu, une source d’inquiétude et de stress pour les employés, qui montrent des difficultés dans leurs relations sociales au bureau à cause de l’isolement et de la solitude vécues pendant la pandémie. Un tiers des Français n’ont ainsi jamais rencontré “en vrai” certains de leurs collègues, et parmi eux, 40% sont même inquiets à l’idée de les rencontrer en personne au bureau.

L’étude souligne ainsi la nécessité pour les employeurs de soutenir leurs collaborateurs et de contribuer à réduire leur isolement en télétravail. Ils doivent chercher à créer du lien social à distance (événements informels, jeux, système de mentorat pour les nouveaux employés) et en présentiel quand la situation le permet. Dans ce cas, il sera important de capitaliser sur la présence au bureau pour recréer du lien, via un agenda d’activités dont ils ne peuvent pas bénéficier à distance, et en centrant la journée au bureau autour de la collaboration.

Équipe se retrouvant pour un rendez-vous informel en ligne

La technologie au service de l’organisation du travail

Recréer du lien au sein des entreprises : c’est désormais l’enjeu majeur des employeurs, qui doivent investir dans des outils innovants pour faciliter les nouvelles méthodes et les modes de travail hybride.

Utiliser la bonne technologie, avec des solutions de communications unifiées, permet d’encourager des relations humaines authentiques, tout en soutenant des modèles de travail flexibles à long terme. Ces outils de communication, qui permettent aux employés d’échanger plus facilement tout en travaillant à distance, présentent en effet de nombreux avantages. Ils simplifient l’échange et la collaboration entre équipes, et optimisent également l’intégralité du système téléphonique et informatique. Avec eux, la complexité et le coût de l’infrastructure informatique diminuent en même temps que les frais de maintenance et le besoin d’employés spécialisés.

À la clé, les entreprises garantissent à leurs collaborateurs une culture du travail à distance et des modes de collaboration pérennes, en adéquation avec leurs attentes à l’heure des modes de travail hybride.

Source : Étude Ipsos / Ring Central, “Le grand débat sur le retour au bureau”

Publié le 22 Juin, 2022

Prochain article

Tendances Commerciales

Voix, visioconférence, messagerie : la préférence de communication des collaborateurs

Avec les restrictions imposées par la pandémie et l’isolement physique conséquent, les salariés ont découvert une nouvelle façon de maintenir des relations et de créer des liens humains. L’accès aux outils de collaboration en ligne et aux vidéoconférences a ainsi rendu possible les relations de travail virtuelles. Une communication jugée efficace par plus de la ...

Partager

URL copiée